Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Qui je suis?

logo.jpg

Fabrice Gagos aka Svart, humain contre son gré, français par défaut, gaucher contrariant, queer, végétarien et tatoué par choix...Malgré tout, je ne mange pas les bébés, et je n'ai presque jamais eu de relations sexuelles avec des animaux. Par contre je bois de la bière.
Gagne sa vie en faisant de l'art parce que tout le reste l'ennuie.

 

En savoir + >>

 

facebook.jpg twitter.jpgtumlr.jpg

 

 

 

 

Liens

 

Flux RSS


16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 17:49

J'ai commencé l'année en me disant que j'allais mettre de coté le dessin une bonne fois pour toute.

Oh bien sûr, j'ai l'intention de finir les choses en cours, notamment le tome 2 de Ghouls of Nineveh et Jimmy boneface, mais sans pression.

Je ne suis manifestement pas fait pour ça, j'ai des lacunes que je n'ai pas tellement envie de travailler, je n'ai même pas souvent envie de dessiner. Je le fais parfois parce que je me suis dit que je le ferai, petit... et aussi parce que, de temps en temps certaines de mes images me font plaisir.

 

Mais justement voilà, quand on veut faire de la BD,  il faut tenir un rythme, on ne choisit pas toujours les images que l'on fait et on ne dessine pas toujours ce que l'on veut (enfin on peut, hein, mais le récit peut finir par vous en vouloir.)

 

Bref, je m'étais dit que je me faisais une raison. Et que je me consacrais à l'écriture.

 

J'ai commencé pas mal de récit et c'est plutôt bien parti, même s'il me faut souvent du temps pour me poser et écrire (et je ne parle de la culpabilité de faire quelque chose d'absolument pas rentable et sans aucune promesse qu'un jour cela le soit. Mais c'est un autre problème), c'est une activité qui me plait.

 

Et du coup, je me dis que je publierai régulièrement de petites choses ici. Je verrais bien sous quelle forme.

 

Et pour le dessin, ben ce sera quand j'ai envie, une image de temps en temps quand cela me manque, une peinture etc...

 

Sauf que.

 

Sauf que, 2015 commence avec 2 commandes: un livre "pratique" où il me faudra faire une cinquantaine d'images et la nouvelle, un conte qu'il a écrit pour sa fille, d'un ami pour qui je vais faire une douzaine d'illustration. 

Ca plus les choses en cours, 2015 va surement être l'année où je vais le plus dessiner de ma vie.

 

Alors du coup pour mes voeux en ce début d'année, je ne vais pas faire de carte.

J'ai pas envie.

 

Je vais simplement, afin de rester fidèle à mes envies, publier une petite nouvelle que j'avais écrite pour un appel à texte sur le thème de Noël qui finallement à été annulé faute de particpants. La contrainte était simple: une micro nouvelle de 300 mots maximum. Pour moi qui suis une vraie piplette, c'était un enjeu de taille!

 

J'espère que vous aimerez. Et puis sinon c'est pas grave, bonne année quand même.

 

Et surtout : Partagez ce que vous aimez.



Petit Papa Noël

 

 

Le bruit me rendrait fou si je ne l'étais pas déjà.

Je l'entends qui se débat dans le conduit, serpent rouge et obèse, déformé, étiré pour se faufiler dans l'étroite bouche de briques.

Les quelques bougies que j'ai allumées pour combattre l'obscurité créent des ombres qui dansent sur les murs comme autant de diables heureux de me voir livré à mon sort.

Un peu de suie tombe dans l'âtre, le feu réagit aussi violemment que si on y avait jeté de l'huile.

Je sursaute.

 

Au bord de cette mare où les grenouilles coassent même en hiver, où la brume se répand même en été, je pensais que j'étais en sécurité, que la magie me protégerait. Je me trompais.

 

Je sais qu'il vient pour moi.

On ne peut pas lui échapper.

Il arrive. Je sens son odeur putride malgré les effluves de fumée.

 

Je regrette.

Je regrette cette nuit, il y a un an jour pour jour, où, poussé par ma curiosité et caché derrière le canapé, je le vis tel qu'il est réellement. Face à la vérité, je ne pus empêcher un léger cri, un infime spasme, de s'échapper de ma gorge.

Lorsque son regard croisa le mien je compris qu'il me chasserait sans relâche pour me faire taire. Pour protéger son secret.

 

Croyez en lui les enfants !

Ne cherchez pas à connaître la vérité, croyez et appréciez vivre dans l'ignorance !

 

Il relève la tête, ses yeux morts depuis des siècles croisent les miens pour la seconde fois de ma vie alors qu'il a encore une jambe horriblement étirée dans la cheminée et qu'il prend doucement sa forme véritable.

« Joyeux Noël !» me dit-il dans un sourire vide.

Je hurle mais mon cri se perd dans la forêt qui aurait du me protéger.

 

J'aurais tant aimé croire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr Gore - dans News
commenter cet article

commentaires